Retour sur le weekend des afro-héritiers

Retour sur le weekend des afro-héritiers

Le 24 et 25 mai 2019, le Carrefour des Cultures Africaines a organisé la première édition du « Weekend des afro-héritiers ». Ce rassemblement avait pour objectif de fédérer autour de symboles qui parlent à tous les héritiers de la culture africaine et ses dérivés. Rythme et manioc étaient donc à l’honneur pendant deux jours au 150 cours Gambetta.

Dès le vendredi 24, le CCA invitait à regarder le rythme sous un autre angle. Elément culturel fort, le rythme africain rassemble car il est un véritable héritage qui s’est aujourd’hui démocratisé et ce, dans le monde entier. Les participants ont donc pu assister à une conférence de Gabelo. Le chanteur et musicien togolais a également dirigé un atelier de djembé pour illustrer ses propos sur le rythme.

Le lendemain, le « 150 » était de nouveau prêt pour la seconde partie du weekend des afro-héritiers. La thématique du jour ? Le manioc. Des représentants de l’association Maniophiles étaient présents. L’un d’entre eux (Aimée) a tenu une conférence sur les origines et utilisations du manioc en Afrique et dans le monde. Les participants présents ont alors pu échanger et partager leurs anecdotes sur le manioc. Après avoir fait rêver son auditoire, Maniophiles conviait les invités à se restaurer avec des desserts fait à base de manioc. Du gâteau, à la crêpe, en passant par le sirop de manioc, l’association a su nourrir les corps et les esprits.

Passons ensuite à la parenthèse musicale de la journée. Renaud BILOMBO, un joueur de sanza, a présenté son instrument avant de ravir ses convives par un petit concert. Il a vite été rejoint par Le Maître Louis-Marie, joueur de balafon. Ils ont tous deux surpris l’assemblée avec un duo improvisé et pourtant, en parfaite harmonie.

Pour amener de la couleur à cette journée, des artisans étaient présents. Des bijoux, des turbans, sacs et vêtements étaient en vente. Un mélange de couleurs et de matières très représentatifs de la diversité des afro-héritiers. Ainsi, tous ont pu découvrir en quoi les afro-héritiers se ressemblent malgré leurs parcours divers et variés. Le manioc et le rythme, deux héritages qui permettent une fois de plus, l’interculturalité.

Laisser un commentaire

Fermer le menu